hanguri-yōkai

▪ Et si c'est vous qu'on voulait dévorer ? ▪
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les Codes Guerriers

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Iemochi Tokugawa



Nombre de messages : 20
• Race : Humain
• Âge : 17 ans
• Rang|Métier : Shogun [Depuis 4 ans]

L'âme du guerrier
Niveau: 5
Expérience:
0/10  (0/10)

MessageSujet: Les Codes Guerriers   Dim 26 Avr - 3:57

Avant-propos


Les Samurai, apparus en 1615, étaient des fonctionnaires armés, au même titre que les forces de l'ordre d'aujourd'hui. Ils obéissaient à des seigneurs tous unifiés. Ils constituaient dans la société Japonaise une aristocratie qui gouvernait le pays pour le compte du Shogun. Leur devoir principal restait de servir leur maître dans la gestion de ses domaines et de ses intérêts. Il faut savoir qu'à partir du XVIIe siècle, la fleur de cerisier devint leur emblème.

••••••••••••••

`La fleur des fleurs est le bourgeon de la fleur du cerisier - le samurai est l'homme parmi les hommes.' - proverbe japonais-

LE BUSHIDO

I. Explications.


Il stipule les devoirs et les obligations morales des samurai. Quiconque s'en écarte est déshonoré et perd ainsi sa qualité de samurai.

Les grands principes du Bushidô sont un ensemble de règles de vie empruntées à la fois aux religions ( Shintô, Bouddhisme ), aux écoles de pensée ( Confucianisme ) et aux principes militaires. Cette doctrine composite permet de pouvoir donner un cadre de pensée à toute une classe de guerriers au travers des siècles.

Le principe le plus important du Bushidô est emprunté au Confucianisme. Il place la loyauté ( Chûgo ) au plus haut des qualités requises. Le Bushi donne ainsi sa vie à son seigneur, sans hésiter. Cette loyauté est également destinée à son clan, ses ancêtres et ses parents.

Le courage ( Yu ) vient ensuite comme qualité indispensable du guerrier. L'acceptation du danger, le dédain pour la vie, la souffrance ou les privations impliquent le stoïcisme comme valeur fondamentale (" vivre quand il est juste de vivre, et mourir quand il est juste de mourir " ).

L'honneur de son nom ( Meryo ), de celui de son clan est une préoccupation constante du Samurai. Rien ne doit venir tacher la réputation du guerrier et donc par conséquent de son seigneur. Enfin, la bienveillance ( Nasake ) est une vertu que doit développer le Bushi. L'esprit d'équité, de justice, voire de bienveillance doit être mis en avant comme éthique personnelle.

Les 7 principes essentiels
1. Gi : la juste décision dans l'équanimité, la juste attitude, la vérité. Quand nous devons mourir, nous mourons. Rectitude.
2. Yu : la bravoure teintée d'héroïsme.
3. Jin : l'amour universel, la bienveillance envers le genre humain, la compassion.
4. Rei : l'action juste (une qualité essentielle), la courtoisie.
5. Makoto : la pleine sincérité, la spontanéité.
6. Meryo : l'honneur et la gloire.
7. Chugo : dévotion, loyauté et docilité.

II. Quelques règles de vie.


• Le vrai courage consiste à vivre quand il est juste de vivre, à mourir quand il est juste de mourir.

• Il faut songer à la mort avec la conscience vive de ce qu'exige l'honneur d'un samouraï, peser chaque parole avant de la prononcer, se demander avant de répondre si ce que l'on a à dire est vrai.

• Manger avec modération, éviter la volupté.

• Après les tâches quotidiennes, se souvenir du mot Mort, ne pas faillir de le mettre en son cœur.
• Un homme qui méconnaît la vertu n'est pas un samouraï. Pour tout homme, les parents sont comme la tige de son propre corps, lui-même est branche consanguine de ses parents.

• Respecter la règle de la tige et de branches; l'oublier, c'est ne jamais parvenir à comprendre ce qu'est la vertu. - Un samouraï se conduira en fils et en sujet fidèle. Il ne quittera pas son suzerain, quand bien même le nombre de ses sujets passerait de cent à dix, de dix à un.

• En temps de guerre, le témoignage de sa loyauté consistera à se porter s'il le faut au-devant des flèches ennemies sans faire cas de sa vie.

• Loyauté, esprit de justice, bravoure sont les trois vertus naturelles du samurai.

• Un samurai, où qu'il dorme, ne doit pas mettre les jambes dans la direction du logement de son suzerain. De même, quand il s'exerce au tir à l'arc, il ne doit pas pointer ni lancer sa flèche dans la direction de son suzerain, ou encore quand il pose sa lance.

• Le faucon ne pique pas les épis, même quand il meurt de faim. De même un samurai se servant d'un cure-dents fera-t-il semblant de s'être régalé, même quand il n'a pas mangé.

III. Quelques phrases donnant une idée de l'attitude du bushido


"On ne trouve la vie qu'à travers la conquête de la peur et de la mort dans sa propre intimité, son propre esprit. Vider l'esprit de toutes les formes d'attachement, charger et conquérir l'adversaire dans un éclair décisif." Togo Shigekata

La position. Une position efficace ne doit être attachée ni à l'épée de l'adversaire ni à son épée - Yagyu Toshiyoshi.

Calme Mental . 'L' esprit paisible est comme l'eau calme réfléchissant l'éclat de la lune. Vider l'esprit et vous réaliserez un esprit paisible.' Yagyu Jubei

Sur la fermeté du mental : 'Ne pas vaciller devant l'adversaire et son épée est l'essence de l'homme d'épée.' Miyamoto Musashi

LE HAGAKURE

C'est un guide pratique et spirituel destiné aux guerriers.

Les principes du Hagakure se distinguent nettement de ceux du Bushidô. Alors que ce dernier vise à bâtir l'éthique morale de la fonction samurai, le Hagakure est une doctrine de formation personnelle du guerrier. Axé sur les efforts et le perfectionnement, ses principes peuvent être appliqués dans la vie de tous les jours.

Le but le plus important du Hagakure est de réexpliquer la mission première du samurai : accomplir sa mission sans se soucier de sa propre vie. Il devait ainsi se préparer le plus complètement possible afin d'accomplir son destin, et donc accepter sa propre mort pour atteindre son but. Les conseils du Hagakure sont donc centrés sur la préparation tant physique ( entraînement aux arts martiaux, résistance ) que morale ( stratégie militaire, contrôle de soi en toutes circonstances, formation ).

Au final, le Hagakure reste un code assez strict de l'éthique personnelle du guerrier. Il met en avant le degré élevé d'auto-exigence, prônant l'effort et l'amélioration permanente du samurai.

>> Dans l'univers de Hanguri Yokai, les humains auront tendance à suivre le Bushido alors que les Yokai s'orienteront davantage vers le Hagakure.


Aparté sur le Seppuku

Il vient de Chine, où les femmes accusées d'avoir un enfant d'un autre homme que leur époux, s'ouvraient le ventre de désespoir afin de prouver leur fidélité. Il consiste en une ouverture de bas en haut, dans l'abdomen. Systématiquement, le samurai doit demander l'autorisation à son seigneur pour le faire. Il permet de libérer l'âme et est interdit aux femmes, celles-ci se coupent la carotide à l'aide du tantô en s'attachant les jambes pour conserver une attitude décente dans la mort.
Attention, le Hara-kiri est une forme de seppuku réservée aux petites gens suffisamment courageuses et de basses classes.

Il y a quatre raisons qui poussent un samurai à se faire seppuku:
- Éviter le déshonneur après une défaite
- Suivre son seigneur dans la mort (Junshi)
- Condamnation à mort
- Protestation
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Les Codes Guerriers
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Recherche Tuto pour peindre Les guerriers du Rohan
» [Vente]Warhammer Battle - Guerriers du Chaos (de tout)
» [Formation] Entrainement des guerriers
» Aide pour les Guerriers de Minas Tirith
» Bandes guerriers fantomes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
hanguri-yōkai :: Administration :: Règlements & Contexte-
Sauter vers: